CASINO EN LIGNE

JEUX DE CASINO

FRANCE

JEU LEGAL


L'ARJEL dénonce le blocage des sites illégaux par DNS

30/03/2012

Le Gouvernement français a publié au JO le 1er janvier dernier un décret stipulant que lorsque l’arrêt de l’accès à une offre de paris ou de jeux d’argent et de hasard en ligne a été ordonné par le Président du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris, les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) et les hébergeurs de sites ont l’obligation de procéder à cet arrêt.

Pour mémoire, le décret explicite les modalités de blocage qui doivent être mises en œuvre ainsi que la compensation des éventuels surcoûts engendrés par cette procédure. Rappelons que seul le blocage par DNS était concerné par le remboursement. Suite à ce décret, le TGI de Paris avait demandé aux FAI de bloquer l’accès au site romecasino.com.

Selon nos confrères de La Tribune, le Gouvernement, qui avait omis de consulter le Conseil National du Numérique ou encore la notification européenne et de l’ARCEP, n’aurait pas consulté non plus l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL), qui aurait découvert le décret le 1er janvier. Jean-François Vilotte, Président de l’ARJEL a donc adressé une lettre à Valérie Pécresse, Ministre du Budget, pour dénoncer ce choix de blocage par DNS sachant que tous les FAI n’ont pas les infrastructures nécessaires. Par ailleurs, les coûts n’ont selon lui pas été estimés, alors qu’ils sont à la charge de l’ARJEL.

Il semblerait par ailleurs ce que ce système de blocage par DNS ne soit pas vraiment efficace. En effet, dès le lendemain du blocage de romecasino.com ou encore de winpalace.com, deux des sept sites de casino en ligne bloqués depuis la publication du décret, les sites étaient à nouveau disponible en France sous de nouveaux noms de domaine.

Articles en relation:
Le TGI de Paris ordonne le blocage de RomeCasino.com
Les frais de blocage des sites illégaux seront pris en charge par l'ARJEL
L'ARJEL assigne les FAI à bloquer des sites de casino en ligne

 
>> Toutes les actualités générales du casino légal en France
 

PokerStars

Actualité du casino en ligne légal en France

17/01/2022 A quel(s) jeu(x) joue l'Autorité Nationale des Jeux ? (II)
A quel(s) jeu(x) joue l’Autorité Nationale des Jeux ? (II) A quel(s) jeu(x) joue l’Autorité Nationale des Jeux ? : Néo prohibition ou poudre de perlimpinpin ?(II) PAR ... Lire la suite

Casino Légal France
14/01/2022 Partouche espère la légalisation des casinos en ligne
Touché mais pas coulé par la crise sanitaire, le groupe Partouche, qui possède de nombreux établissements dont le casino de Forges-les-Eaux (Normandie), qui a dû fermer ses portes pendant 80 jours lors du premier confinement puis 200 jours entre l’hi... Lire la suite

Casino Légal France
14/01/2022 Isabelle Bastien rejoint le groupe FDJ en tant que directrice commerciale
Diplômée de l’École supérieure du commerce extérieur (ESCE) et de l’Institut d’administration des entreprises (IAE Paris), Isabelle Bastien est nommée, à 50 ans, directrice commerciale du groupe FDJ. Elle intègre également le Comité de direction du ... Lire la suite

Casino Légal France
13/01/2022 Partez à la recherche des trésors de la "Mine d'Or" de la FDJ !
Après "Baraka", la Française des Jeux (FDJ) revient avec un autre nouveau jeu d'argent en ligne nommé "Mine d'Or" ! On vous explique tout dans ce nouvel article... "Mine d'Or" : c'est quoi au juste ? "Mine d'Or" est un nouveau jeu de la FDJ qui vient ... Lire la suite

Partez à la recherche des trésors de la "Mine d'Or" de la FDJ !
06/01/2022 300 000 € à se partager avec Baraka, le nouveau jeu illiko de la FDJ !
La Française des Jeux (FDJ) revient en force avec un jeu baptisé "Baraka". Zoom sur ce nouveau titre de la gamme illiko qui vous donne une chance de remporter une belle somme ! "Baraka" : c'est quoi au juste ? Il s'agit du nouveau jeu en ligne de la... Lire la suite

300 000 € à se partager avec Baraka, le nouveau jeu illiko de la FDJ !
>> Toutes les actualités des sites de casino légaux en France
 

  Accueil > Casino en ligne > Actualités du casino légal en France > L'ARJEL dénonce le blocage des sites illégaux par DNS